Alexandra Schenke

Sculpteur sur terre

contact :

alexandra.schenke@laposte.net

Formation

1999-2001 : maîtrise et DEA d’histoire sur Les tuileries briqueteries de l’Yonne (XIXème/ début Xème). Panthéon Sorbonne Paris.

2001- 2002 : IUFM d’Auxerre.

2003- 2005 : formation autodidacte de modelage terre/ cuisson primitive bois.

juillet 2005 : stage de formation CNIFOP, Saint Amand en Puisaye
Découverte des techniques de base : modelage colombin, plaque, tournage,
cuisson raku (une semaine)

août 2005 : stage de formation à Terres Est/ Ouest (Manoir de lain) avec Yoshimi Futarama. Modelage/ cuisson four à bois/ cuisson raku. (une semaine)

2005 : installation d’un atelier au grand Arran, 89240 Parly. Four à gaz/ cuisson primitive bois.

2005- 2010 : recherches personnelles : formes de modelage, effets de matière et association engobes / grès noir/ graphismes/ structures matériaux mixtes.

janvier 2010 : début de ma participation aux « Créacteurs en Puisaye », association loi 1901 basée à Saint-Sauveur en Puisaye.

Expositions

Août 2014, Galerie Les créacteurs , 89125 Saint-Sauveur en Puisaye.

Décembre 2013, Espace Mouv’art, 89000 Auxerre

Août/septembre 2013, Galerie Albert Hal, 89 520 Treigny

Février 2013 : Les créacteurs au Viaduc, Viaduc des arts, 75012 Paris

Septembre 2012 : Art dans les Cours et les jardins, 89 125 Saint-Sauveur en Puisaye

Juillet 2012 : Le fournil, 89125 Moutiers

Septembre 2011 : Galerie Les créacteurs , 89125 Saint-Sauveur en Puisaye.

Août 2010 : La Chapelle d’Avigneau, 89240 Escamps.

Octobre 2010 : Art dans les Cours et les Jardins, 89 125 Saint-Sauveur en Puisaye

Juillet/août 2009 : Maison du pays Coulangeois. 89 580 Coulanges-la-Vineuse.

Mai 2009 : Eglise de Taingy, 89 560 Taingy.

Août/septembre 2008 : Espace Acanthe, 89110 La Ferté-Loupière.

Juillet/ août 2005 : Exposition-concours Expolain, Terres Est–Ouest, 89560 Lain 
Démarche de travail

J’ai d’abord rencontré la terre par un biais très personnel puisque mon arrière-grand-père était tuilier jusque dans les années 1920 ; puis par un biais théorique, en 1998, parce que j’ai entrepris des travaux universitaires au sujet de cette entreprise et des techniques de fabrication.

Enfin est venu le passage à la pratique, de façon tout à fait autodidacte…

Mon apprentissage s’est d’abord fait avec le modelage, par la technique de la terre pincée, de grands pots « à l’africaine ». Mais, très vite, ces pots sont devenus essentiellement supports de graphismes ; ces dessins s’impriment alors, peuvent être creusés, évidés, recouverts, en partie effacés, colorés…. Les possibilités sont multiples.

Les graphismes ont peu à peu « pris le dessus » et ce sont eux qui, aujourd’hui, guident la forme : j’ai quitté tout esprit utilitaire pour ne travailler que des sculptures.

Il s’agit actuellement:

- soit de bloc de terre d’une quinzaine de centimètres de haut, sur lesquels je dessine des graphismes puis que j’évide, sculpte, transforme, découpe et recolle.

- soit de petits carreaux de terre, carrés ou rectangulaires, sur lesquels je dessine et que je sculpte en bas relief. Je les assemble alors sur des supports en bois (de grands totems rectangulaires d’environ un mètre de haut, ou des cubes plus modestes de 15 X 15 cm)

Dans tous les cas je peins mes dessins avant cuisson avec des terres, blanche ou colorées, (engobes) ; je n’utilise pas d’émail. La cuisson se fait au gaz.

Mes graphismes sont spontanés mais enrichis ensuite par un travail lent et minutieux.

Les années de recul mais surtout la démarche réflexive qu’entraîne l’acte d’exposer m’ont amenée à constater que toutes mes constructions évoquaient la différence, le lien/ les liens, la difficulté à être, le hasard des assemblages, des rencontres et des destructions. Autant de thèmes que je continue d’explorer et de décliner.

Alexandra Schenke

27 décembre 2014
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Réalisé avec 1&1 TopSite Express