Michel KALUS

Qui est Kalus

Cet artiste français, d'origines polonaise et bourguignonne, s’est formé à l’académie Jullian à Paris. Il a installé son atelier près de Fontainebleau, où il a, durant quatre années tenu sa galerie, justement dénommée « Peinture Fraîche ». Il a aussi animé des ateliers de dessin et de peinture en milieu associatif et dans des écoles.

Ses œuvres sont présentes dans de nombreuses collections particulières en France, en Italie, et en Europe de l’Est. De nombreuses médailles et récompenses sont à son actif.

La peinture de Kalus

Dehors, l'air glacé pique son visage. Le col remonté, il s'engouffre à travers les ruelles désertes de ce village oublié. Soudain, en passant devant une masure, des sons lui arrivent. Il s'approche… de la musique ? Il pousse le battant de la porte. Un quatuor est isolé au milieu de la salle, baignée d'une lumière flavescente. Les musiciens ne le voient pas entrer. Concentrés sur leurs instruments, ils découpent l'espace en lignes et plans. Les formes semblent perdre leurs limites. Des bandes verticales vibrent d'une succession de soubresauts. A distance, il se réchauffe au cœur du groupe. La composition se croise en un point de fuite – un point focal orientant les regards sur un détail précis : la main du violoniste, les cordes de la contrebasse, la pomme épluchée... La croix géométrise l'étendue de chaque toile. De ce calcul, l'image se construit dans des cadrages décalés. Autour d'eux, les tons se dégradent de teintes usées.

Kalus chuchote peindre pour « faire ressortir des sentiments et un héritage du passé ».

Jean Bazaine, Paul Cézanne, Nicolas De Staël, Vieira Da Silva... lui reviennent en mémoire jusqu'à le bousculer. Au fond de la pièce, un rais de lumière s'échappe d'une porte entrebâillée. Il s'y dirige. Le voilà immergé par l'éclat d'un étrange coucher de soleil fragmenté par le kaléidoscope de son regard d’artiste.
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Réalisé avec 1&1 TopSite Express