Judith WOLFE

Judith Wolfe, née à New York en 1940 vit et travaille en France depuis 1966.

Après avoir étudié la danse classique en vue de devenir professionnelle, elle s'est tournée vers la peinture et a poursuivi des études à New York puis à Salzbourg avec Oskar Kokoschka en 1963. Plus tard elle fréquente l'Ecole des Beaux Arts de Paris et obtient une bourse d'études pour Cracovie. De retour à Paris, elle est admise à la Cité Internationale des Arts où elle réalise une série de gravures et commence ses grandes œuvres sur papier. Elle enseigna la peinture à l'Université Paris 8 pendant de nombreuses années.

Aujourd'hui elle vit et travaille en Bourgogne.

 

«J'ai toujours été nomade, quittant un pays pour un autre, un quartier pour un autre restant libre et allergique aux conformismes. J'ai été obligée de forger ma propre identité dans le déracinement qui est ainsi devenu un thème récurrent dans ma peinture». J.W.

 

 

Collections (sélection)

FONDS NATIONAL D'ART CONTEMPORAIN (FNAC)

FONDS REGIONAL D'ART CONTEMPORAIN ILE DE FRANCE (FRAC)

FONDS MUNICIPAL D'ART CONTEMPORAIN DE PARIS (FMAC)

LES MUSEES DE SENS (89)

COLLECTION D'ART CONTEMPORAIN VILLE DE VITRY SUR SEINE

COLLECTION NOVOTEL D'ART CONTEMPORAIN

ASSOCIATION-FONDATION C.ET Y. ZERVOS. VEZELAY

AMERICAN UNIVERSITY OF PARIS

BNP-PARISBAS

 

Galeries

GALERIE VERONIQUE SMAGGHE, PARIS

GALERIE GARNIER DELAPORTE, CHAVIGNOL SANCERRE

GALERIE CARON BEDOUT, VILLENEUVE-SUR-YONNE ET

BOURRON MARLOTTE

 

 

Courriel: judithwolfe13@wanadoo.fr

Site : www.judith-wolfe.com

 

______________

 

 

Judith Wolfe
Composée dans le sillon de ses errances et des espaces qu'elle
traverse, la peinture de Judith Wolfe est sans cesse renouvelée.
Pour cette artiste née à New York, installée en France depuis le milieu
des années soixante, nourrie d'expressionnisme américain puis
européen et de sa rencontre avec les collages de Matisse, la peinture
est un acte immédiat, un geste de l'ici et maintenant.
C'est pourquoi la peinture de celle qui se définit comme «nomade» est
résolument une peinture jeune car en phase avec l'époque que nous
vivons. Tout y fait sens. La juxtaposition, voire la confrontation entre les
couleurs vives, rouges expressives presque sanguines, jaunes et
jubilatoires, bleues aériennes ou marines et le graphisme net et noir
encré de Chine traduit par sa composition plastique une réflexion lucide
et piquante.
La conscience de l'extrême fragilité de notre environnement, des
multiples dangers qui pèsent sur notre monde ainsi que toutes ces
questions en séries peuvent se résumer en une formule: «quelle société
voulons-nous?».
Pour réponse et en peinture Judith Wolfe crée des ensembles, des
séries aux titres peu innocents: «Where is Paradise now?», «Nomades»,
Fragilités».....
Dans toute son oeuvre et de manière encore plus flagrante dans ses
dernières créations, toutes ces composantes sont mises en espace
souvent sur des supports de grand format dressés comme des
étendards, puis exposées pour interpeller le regard. Grâce au libre
assemblage entre papiers Japon très colorés, noir d'encre, dessin,
vides et pleins, apparition de la toile blanche ainsi que la présence de
quelques mots et de la figure humaine dans la toile, cette peinture n'est
aucunement figée. Telle un carnet de bord elle s'exprime au travers d'un
geste précis, sur le vif, non dénué de plaisir et d'optimisme puisque la
peinture comme bien des aventures artistiques permet la
transcendance.
Nathalie Hainaut

 

__________________

 

Judith Wolfe nous offre une oeuvre qui porte la trace de ses errances.
Son besoin de liberté, de mobilité l'amène à peindre sur papier oriental:
peinture fluide, les formes et les couleurs sont lyriques. Des rouges
comme le sang, des jaunes, des bleus qui évoquent les espaces
outremer. Née à la peinture dans le sillage des expressionnistes
abstraits, Judith Wolfe n'est pourtant jamais dans l'abstraction pure.
Le corps est suggéré, errant et suspendu entre espaces enchevêtrés,
offrant une résistance à une possible éclipse de valeurs
humaines...Silhouettes esquissées à l'encre de Chine comme autant de
' solitudes qui se croisent '.
«En fin de compte, la vraie question, celle de 'Quelle société voulonsnous?'
ressurgit continuellement dans l'espace de ma peinture, faisant
irruption dans mon univers coloré et lyrique, produisant ruptures et
déchirures. Mon sentiment de révolte s'y trouve ainsi projeté».
Dans la peinture de Judith Wolfe, on peut voir comme un symbole de
déchirements, de la précarité, mais aussi de la légèreté qui transmet,
avec une indéniable vitalité, une teinte d'optimisme.
Marianne Amar

_____________________________

 

Vernissage du 5 août 2017 à la Ferté-Loupière (Yonne)

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Réalisé avec 1&1 TopSite Express