Séverine LANGE

 

Séverine Lange est titulaire du diplôme National Supérieur des Beaux-Arts de Paris.

 

     Depuis plus de 10 ans, au travers de différentes techniques – l’aquarelle notamment, mais aussi l’huile, l’acrylique, la photographie et la vidéo – Séverine Lange explore le thème de "paysage intérieur".

Se concentrant sur l’ambivalence de nos perceptions, son travail se fonde sur un équilibre délicat entre figuration et abstraction, fragilité et tension, pulsion vitale et mélancolie.

En essayant de dresser les contours d’un portrait de l’âme au travers de la représentation d’un paysage, le but de l’artiste consiste à dévoiler un lien particulièrement intime entre la Nature et l’essence de la condition humaine, faisant disparaître les frontières entre réalité et inconscient, fusionnant le monde extérieur avec le monde personnel de l’émotion et du sentiment.

-----

Peindre un paysage comme un portrait de l’âme – ne conserver, du paysage et du portrait, que leur racine commune  : un format carré parsemé de quelques traces d’Absolu, aux frontières du réel et de l’inconscient, tissant le lien entre l’abstrait et le figuratif, entre l’universel et l’intime.

Un paysage intérieur comme un instant suspendu dans le temps, comme un espace inconnu à apprivoiser, à défricher, à déchiffrer, à s’approprier, en trouvant le geste juste, en s’abandonnant dans la matière et la couleur, en marquant de son empreinte ce nouveau territoire pour en faire un prolongement ou un double de soi-même.

Trouver le point d’équilibre entre fragilité et rigueur, tension. Dévoiler l’intime au cœur du lointain, au plus près de l’indicible - pénétrer la faille insaisissable de l’horizon.

Un arbre se dresse, une tâche prend forme…un pieu surgissant d’une flaque – ou bien l’inverse  ?... – dans un dialogue éthéré, épuré entre féminité et  virilité laissant libre cours aux projections de l’inconscient  - peurs, fantasmes, désirs, frustrations, domination, soumission…chaque paysage comme l’archétype stylisé d’une copulation, entre combat violent et harmonieuse union, entre instinct brut et raffinement sensuel, entre pulsion archaïque et douce volupté mélancolique. L’arbre et la tâche se couchent sur l’horizon…le paysage devient chambre sacrée de jouissance et de perdition…horizontalité humide et verticalité rigide viennent donner sens, structure et équilibre à l’univers tout entier, dépouillé de tout artifice, débarrassé de ses scories anecdotiques, dans la vérité nue de son essence même : à la croisée du zénith et de l’horizon, nous existons.

 

                                                               Olivier Faure, Ecrivain  .

 

 

2018  « In situe », Brie compte robert

Depuis 2015 20x20, Montreuil Babayagas

Depuis 2014 20x20 RESF, Brie comte robert

2015 Eschborn, Allemagne

Depuis 2014 galerie Acanthe, Ferté loupiere

2014 « La ruche », Boussy saint Antoine

2013-2014 Artothèque, Brunoy

2013 Montgeron, Centre Jean Hardouin

Depuis 2011,portes ouvertes des ateliers de la ville de Brunoy

Depuis 2005, Art Génération

2007 « la gravité immatérielle » galerie Immix Paris

2007, Galerie de la ville de Créteil

2006-2010, Galerie associative AGAAP, Paris

2006, Salon de Montrouge 

2006, "Les Arts d'à Côté", Epinay S/Sénart

2006, Diplôme à l'ENSBA, Paris

2004, "Ferme de Boussy St Antoine" 

2003, "Café Cultures" de Draveil

2003, Galerie K.Informel, Crosnes

2002, "Exposition à quai", Métro Portes des Lilas, Paris

2001, Chambre de Commerce et d'Industrie de Tarbes

2001, Salle André Malraux de Yerres

2000, Galerie T&M, Montgeron

1999, Premier prix de peinture Salon d'Automne, Epinay S/Sénart

1998, Prix spécial du salon des jeunes créateurs du Val d'Yerres

1998 et 1999, Service culturel de Epinay S/Sénart

1998, Association "Derrière Les Fagots", Draveil 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Réalisé avec 1&1 TopSite Express